Protéger son enfant du harcèlement scolaire est le souhait le plus cher de tout parent.

Prévention du harcèlement ou intervention lorsqu’il est avéré, le comportement des parents est essentiel pour éviter des conséquences émotionnelles et psychiques durables pour l’enfant.

L’école est un microcosme où, apprentissage, éveil et amitié côtoient parfois le danger, les brimades, la peur.

Aider ton enfant, lui donner les clés et les conseils pour se défendre lui permettront de savoir comment affronter le harcèlement à l’école.

 

Reconnaître les signes du harcèlement scolaire

Différencier les signes du harcèlement à l’école de ceux d’une simple querelle, de taquineries sans conséquence, n’est pas chose aisée au premier abord.

Et pourtant…

Les insultes répétées, les coups, les actes malveillants, les brimades sont autant de conduites néfastes que ton enfant peut endurer tout en s’enfermant dans le silence.

La peur des représailles du bourreau est si prégnante que l’enfant préfère se taire et encaisser.

En tant que parent, comment détecter les signes de souffrance de son enfant ?

Des troubles tels que :

  •  Colère
  • Agitation
  • Isolement
  • Maux de ventre, de tête
  • Baisse des résultats scolaires

Doivent alerter les parents sur les causes de ces dysfonctionnements comportementaux.

Dès lors que tes doutes se confirment, comment réagir pour protéger ton enfant du harcèlement scolaire ?

Écouter ton enfant pour identifier le problème

 

Discuter

  •  L’inciter à parler
  •  À exprimer ses ressentis
  • Lui poser des questions anodines pour lui, et pertinentes pour toi
  • S’intéresser à ce qu’il a vécu durant sa journée d’école

Tout ceci t’aidera à avoir une vision globale de la situation et à évaluer s’il est effectivement victime de harcèlement scolaire.

Ton enfant te dit qu’il est embêté pendant la récré…

S’agit-il d’un incident isolé ou de comportements humiliants et agressifs récurrents ?

C’est en discutant avec calme, en toute bienveillance et surtout sans montrer d’agacement ou de peur que tu identifieras le problème vécu par ton enfant.

« Tes copains sont gentils avec toi ? »

« Qui t’a embêté ? »

« Qu’est-ce qui s’est passé ? »

« Qui a commencé ? »

« Ça t’arrive souvent ? »

Ne rien minimiser

Quelles que soient :

  • Les paroles de ton enfant
  • Ses plaintes
  • Ses questions
  • Ses doutes

Accueille-les avec une oreille attentive

Montre-lui que tu leur accordes toute leur importance

Et ne les minimise surtout pas

Les disputes, les bagarres, les chamailleries sont légion à l’école.

Elles font partie de la construction de l’enfant.

Il trouve sa place au sein d’un groupe, il teste les limites de l’autre, il se fait respecter.

Elles peuvent aussi avoir des répercussions dommageables sur lui

Il est donc nécessaire de ne pas sous-estimer ses mots et phrases d’enfant

Évite les :

« Mais, c’est pas grave »

« Ça va passer »

« Parfois, ça arrive »

« C’est la vie ! »

« Tu es grand, tu sais te défendre tout seul, non ? »

Si ton enfant constate que sa souffrance ne te touche pas

Si tu ne lui accordes pas d’intérêt ou d’importance

Il arrêtera de t’en parler et continuera à encaisser les brimades dans le silence.

  • Écouter
  • Parler
  • Comprendre
  • Approfondir

Sont les premiers pas pour amener l’enfant à prendre conscience que :

Les souffrances qu’il endure ne sont pas normales

Tu vas l’aider à se sortir de cette situation

Ne pas confondre protection et surprotection

Bien sûr que ton premier réflexe sera de protéger ton enfant du harcèlement scolaire et de voler à son secours, c’est tout à fait légitime.

Toute la nuance consiste à ne pas tomber dans l’excès et ne pas l’enfermer dans une bulle de surprotection.

Vouloir régler la situation à sa place en le tenant exclu de tes actes le confortera dans son rôle de victime.

De même qu’il faut oublier le règlement de compte avec les parents de l’enfant harceleur qui ne fera qu’empirer les choses.

Déjà fragilisé, il se dira qu’il n’est pas capable de s’imposer face à son bourreau et qu’il ne peut compter que sur ses parents pour le défendre.

Rassure-le sur le fait qu’il n’est pas responsable de la situation.

Car ton enfant se sent coupable.

Dans son esprit, s’il est victime de moqueries et de brimades, c’est de sa faute.

Le protéger consiste, dans un premier temps, à effacer ce sentiment de culpabilité.

L’enfant harcelé à l’école trouvera son salut en changeant d’attitude

Le protéger du harcèlement scolaire, c’est aussi lui expliquer qu’il a la capacité de stopper ce processus anxiogène grâce à son attitude.

S’il prend conscience qu’il n’a pas à accepter la situation d’agression

Que son statut de victime n’est pas une fatalité

Alors, il est déjà en position de s’opposer à son harceleur

 

En parlant avec ton enfant des peurs qu’il ressent, ce que les violences verbales suscitent en lui, l’aidera à comprendre qu’il a le pouvoir de dire :

 

« NON »

« STOP »

 

Lui donner les ressources de se défendre

Le sensibiliser au fait qu’il n’a plus à être une victime

Que cette situation n’est pas normale

Qu’il peut te faire confiance pour l’écouter et le soutenir

 

Va déclencher en lui une première volonté de changer son comportement

Dès lors, tu peux lui donner les clés, des actions précises à mettre en œuvre pour s’opposer à son bourreau.

Actions concrètes pour agir contre le harcèlement à l’école

Si ton enfant montre qu’il n‘a pas peur, la volonté de nuire de l’agresseur perd tout son sens.

Affronter sa peur, dire « non » et aller de l’avant déstabilise l’enfant harceleur.

 

L’indifférence

Il est certain que ton enfant est affecté par les remarques méchantes et les moqueries.

En revanche, s’il montre à son harceleur que ses mots blessants ne l’atteignent pas, L’agresseur perd son emprise sur sa « proie ».

  •  Sourire
  • Acquiescer
  • Se détourner

 

S’exposer pour mieux répondre

Sortir du mutisme et s’affirmer en répondant, aideront ton enfant à prendre confiance en lui et à verbaliser sa volonté de casser le processus de domination.

Répondre calmement avec des phrases telles que :

« Mais oui, bien sûr, tu as raison »

« Tu veux qu’on en parle ? »

« Ça te pose un problème ? »

Désarçonnent le harceleur.

 

Reprendre confiance en son pouvoir 

L’enfant victime de harcèlement scolaire ne sortira malheureusement pas de son statut de souffre-douleur s’il ne reprend pas le contrôle de la situation.

S’il s’isole, pleure, montre sa peur dès que le harceleur pointe le bout de son nez, il s’enfermera et s’enlisera dans sa bulle de victime, incapable de se défendre.

Comment peux-tu aider ton enfant à (re)prendre confiance en lui ?

Expliquer qu’il n’a pas à subir ces agressions

  • Lui présenter comment réagir face à ses bourreaux
  • Rejouer des situations concrètes vécues à l’école
  • Lui montrer l’amour que lui porte sa famille
  • L’entraîner sur les réparties, les ripostes
  • Insister sur sa valeur et son pouvoir d’affirmation
  • Le complimenter
  • L’encourager

Tous ces gestes le porteront et le renforceront pour tenir tête à son agresseur.

Protéger son enfant du harcèlement scolaire, c’est donc avant tout, l’écouter, le comprendre et lui donner les outils indispensables à sa défense et à sa reprise de pouvoir.

A travers mon accompagnement, je peux lui donner tous ces outils !

About Laurie

Hello, moi c'est Laurie :) Ancienne victime de harcèlement scolaire. Je sensibilise sur le sujet et j'accompagne les enfants à en sortir !

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *