Ton enfant refuse d’aller à l’école, il ressent une angoisse démesurée.

Est-il victime de phobie scolaire et/ou de harcèlement scolaire ?

Dans les deux cas, il éprouve une peur intense.

Il va être important d’identifier sa source d’anxiété et de mal-être, car, tu t’en doutes, tu n’aborderas pas le problème de la même manière.

 

Identifier les signes de sa détresse émotionnelle

Le matin, au moment de prendre le chemin de l’école, ton enfant se met dans un état de crise d’angoisse qui fait peine à voir.

Il crie, hurle, pleure…

Le départ pour l’école est une véritable épreuve, jour après jour.

Cette crise d’angoisse se manifeste par des symptômes physiques

L’enfant se rend littéralement malade

Mal de ventre, maux de tête, nausées, vomissements…

Bien sûr, les parents se sentent démunis

Eux aussi éprouvent cet état de détresse émotionnelle

La souffrance de leur enfant est pénible à vivre.

Alors, comment trouver la ou les causes de cette anxiété intense ?

L’enfant est-il atteint de phobie scolaire, ou est-il victime de harcèlement scolaire ?

Il est urgent de déceler l’origine de l’état de l’enfant pour agir vite, dans un cas comme dans l’autre.

Les causes de la phobie scolaire

Jeunes enfants ou adolescents, la phobie scolaire peut se manifester à n’importe quel âge durant la scolarité.

L’enfant refuse de tout son être d’aller à l’école.

Que se passe-t-il ?

Les causes de la peur de l’école peuvent être multiples.

Par contre, elles répondent à une panique du lieu en lui-même et tout ce qu’il représente, indépendance, autorité, sociabilisation, examens, notes…

La séparation avec les parents

Un enfant peut éprouver une anxiété phobique de se séparer du cocon familial.

Se détacher des parents déclenche un sentiment fort d’insécurité.

Peur de :

Ce qui peut lui arriver, sans ses parents

Se retrouver seul, isolé

Ne pas savoir se défendre

La pression du résultat scolaire

L’attente des parents sur la réussite de l’enfant est parfois trop pressante.

Ils expriment cette attente de performance qui peut le déstabiliser et provoquer la réaction inverse.

Il ressent le désir profond de ses parents.

L’enfant essaie de faire de son mieux, mais il est possible qu’il se dévalorise, car sa perception de cette attente est amplifiée.

Il développe alors un stress violent qui le paralyse et qui le rend contre-performant.

Ramener des mauvaises notes à la maison devient inconcevable pour l’enfant.

Une phobie irrationnelle

Comme toute phobie, l’expliquer de façon rationnelle n’est pas toujours aisée.

L’enfant vit dans la peur, l’anxiété, le stress.

Les symptômes physiques apparaissent.

Et la cause ne se matérialise pas forcément avec clarté.

Tout comme la phobie des araignées peut nous mettre dans un état de transe, la phobie scolaire provoque une peur panique.

Et si le refus d’aller à l’école provenait d’un mal bien plus profond ?

Mon enfant est-il victime de harcèlement scolaire ?

Les symptômes sont identiques à la phobie scolaire.

L’enfant est sujet à des douleurs chroniques qui expriment un refus catégorique d’aller en classe.

Il somatise.

Son corps traduit un état anxieux intense, il témoigne d’une forte volonté de rester à la maison pour échapper à un danger.

Toutefois, il est possible de discerner un cas de phobie ou de harcèlement scolaire.

En général, les signes de phobie scolaire apparaissent le matin, en semaine, avant d’aller à l’école.

Ils disparaissent le soir et durant le week-end.

L’enfant retrouve son cadre familial

L’environnement où il se sent bien.

S’il est harcelé, les signes de mal-être peuvent parfois perdurer à la maison.

Des manifestations telles que :

  • Perte d’appétit
  • Agressivité
  • Insolence
  • Mutisme
  • Isolement dans sa chambre
  • Chute brutale des résultats scolaires

Doivent t’alerter quant à un probable problème de harcèlement scolaire.

Ceux qui souffrent en silence

En revanche, certains enfants harcelés ne dévoilent rien de leur souffrance. Ils ne manifestent aucun symptôme à la maison.

Entretenir un lien fort de confiance et dialoguer souvent avec ton enfant, t’aidera à déceler et comprendre les signes de la détresse qu’il cache.

Aborder à plusieurs reprises le sujet du harcèlement et lui donner l’autorisation d’en parler librement, l’aideront à se défaire des sentiments de honte de culpabilité qui pourraient le pousser à se taire

Communiquer avec l’enfant, c’est :

Le faire parler.

Lui poser des questions sur son quotidien à l’école.

Lui montrer bienveillance et empathie.

Rester calme.

Ne pas transférer son angoisse de parent sur lui, sous peine qu’il cesse de parler.

Il doit pouvoir exprimer et verbaliser les causes de sa souffrance pour t’aider à trouver la solution adaptée à ses souffrances.

Comment aider mon enfant ?

Phobie ou harcèlement scolaire, il est urgent d’agir dès lors que l’enfant est en souffrance.

Aider l’enfant victime de phobie scolaire

En cas de phobie scolaire, les parents seraient tentés d’accéder à la demande de l’enfant et de le laisser à la maison, pour le préserver.

Ils éprouvent de la peine, de la tristesse et du désarroi de le voir souffrir et se rendre malade.

Deux avis s’opposent…

Les uns préconisent d’encourager vivement l’enfant à se rendre à l’école chaque matin, limite à le forcer.

Pour ma part, je préfère ne pas forcer l’enfant alors qu’il est déjà englué dans sa souffrance.

Il me semble plus judicieux d’attendre de trouver une solution pour l’aider à dépasser ce qui le terrorise à l’école.

Il convient alors de :

  • Se rapprocher de l’équipe pédagogique de l’école, ou
  • Consulter un psychologue ou un pédopsychiatre

Un professionnel sera plus à même de comprendre le fonctionnement de l’enfant, de la cellule familiale

De pointer certaines causes à l’origine de la phobie scolaire

Et de donner des solutions.

Aider l’enfant harcelé à l’école

Pour un enfant victime de harcèlement scolaire, en aucun cas, les parents ne doivent chercher à faire justice eux-mêmes auprès des parents de l’enfant harceleur.

Deux solutions s’offrent à eux :

Consulter un psychologue

Ou bien

S’adresser à un spécialiste du harcèlement scolaire.

Ce spécialiste saura donner à l’enfant tous les conseils adaptés et les outils pour qu’il sorte, par lui-même, de cette situation anxiogène.

En conclusion

Un enfant en grande détresse, phobique ou harcelé, ne doit pas rester enfermé dans ce schéma destructeur durant trop longtemps, sous peine de ressentir des séquelles psychologiques à long terme.

En cas de stress intense lorsqu’il s’agit d’aller à l’école, il est vital de chercher à identifier les causes et d’agir vite pour le sortir de sa spirale infernale.

C’est à l’école que ton enfant passe le plus de temps dans sa journée, il est important pour son bon développement qu’il s’y sente bien et en sécurité.

Si ton enfant présente les signes de harcèlement scolaire, je t’invite à lui montrer cette vidéo.

Je lui parle du harcèlement et lui explique comment je peux l’aider

About Laurie

Hello, moi c'est Laurie :) Ancienne victime de harcèlement scolaire. Je sensibilise sur le sujet et j'accompagne les enfants à en sortir !

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.